dimanche 16 décembre 2007

cake coriandre, tomates cerise, chèvre et jambon

Vendredi, Emeline invitait chez elle. Etant de la partie, j'ai proposé de faire des petits trucs à grignoter... J'ai donc fait ma Mousse au saumon qui a eu beaucoup de succès et un cake. Sachant qu'Emeline adore la coriandre et n'aime, comme fromage fondu, que le chèvre, je suis partie de cette base. Mais j'ai été un peu déçue du résultat : pas assez parfumé et relevé à mon goût. Les tomates cerises n'étaient pas très goûteuses (normal en décembre) et j'aurais dû mettre plus de chèvre et de coriandre, quitte à enlever le jambon. Peut-aussi aurais-je dû remplacer les tomates cerises par des tomates confites et mettre de la coriandre moulue en plus.
Je testerai à nouveau avec ces changements car le mariage de ces ingrédients était très bon...




Je suis fière de son aspect : c'est la première fois que j'ai un cake aussi doré et bombé. Vive le moule en silicone...


Ingrédients :
- 150 g de farine
- 3 oeufs
- 1 sachet de levure
- 10 cl de lait
- 50 g de gruyère râpé
- 1/2 bûche de chèvre
- 100 g de tomates cerises (tomates confites la prochaine fois)
- 1/2 bouquet de coriandre
- 75g de jambon en dés
- 2 cs d'huile d'olive
- sel et poivre
+ 1 cc de coriandre moulue la prochaine fois
Préparation
Mélanger la faine et la levure. Ajouter les oeufs 1 à 1 puis le lait et l'huile. Bien mélanger.
Ajouter le gruyère, les tomates cerises coupées en 2, la coriandre ciselée, les dés de jambon.
Couper la bûche en petits cubes. Bien tout mélanger, saler, poivrer.
Mettre dans un moule en silicone de préférence ou beurré et fariné.
Attention à bien répartir les ingrédients dans le moule.
Faire cuire 45 min à 180° dans un four préchauffé
A la sortie du four, laisser tiédir et démouler dans une assiette (sur la grille, il commençait à se fissurer...)

2 commentaires:

Eryn a dit…

Une ptite tranche pour moi, sans problème :)

Emeline a dit…

Tu as peut-être été déçue, mais pas nous. Pas Laurent non plus, qui a eu la chance d'en goûter car il en restait. Il a tellement aimé que je n'ai pas eu le temps d'y regoûté samedi (il a pourtant mangé l'équivalent de six tranches!).